Dernière modification le 12-02-2010

Par Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents

Sida chez le dentisteAlors que la Cour des comptes épingle l'action du Ministère de la Santé dans le domaine du Sida, lui reprochant en particulier le "caractère marginal" des sommes allouées à la prévention, faut-il prendre exemple sur les États-Unis où les dentistes se voient investis du rôle délicat de dépister la maladie ?


Le Sida chez le dentiste

Dépistage du VIH au cabinet dentaire


Les cabinets dentaires pourraient devenir un lieu privilégié pour le dépistage du VIH. C'est ce que rapporte un site professionnel britannique*. D'après les Centers for Disease Control, quand dix patients consultent leur dentiste, moins d'un seul dans le même temps consulte son médecin. Un quart des patients séropositifs ignoreraient être atteints par la maladie. D'où l'idée de proposer un dépistage de routine du VIH dans les cabinets dentaires.

Test salivaire rapide du VIH

Le test pour le dépistage du VIH, OraSure Advance, est un test salivaire qui détecte les anticorps présents dans le sang. Le dentiste prélève de la salive à l'aide d'un embout qu'il place ensuite dans un révélateur. Il suffit d'une vingtaine de minutes pour obtenir les résultats.

À New York, le Metropolitan Hospital, le Harlem Hospital et le Jacobi medical Center ainsi que quelques cliniques dentaires pratiquent actuellement le dépistage du VIH à l'occasion de soins dentaires.

Le dentiste face au Sida

D'après les promoteurs du programme, le cabinet dentaire favoriserait le dépistage en le dédramatisant. On peut tout de même se demander si un cabinet dentaire est l'endroit adéquat pour apprendre qu'on est séropositif et si le dentiste est l'interlocuteur idéal pour une telle annonce.

Le Docteur Catrise Austin qui expérimente le test sur ses patients depuis le mois de juillet 2009, déclare aborder le sujet du VIH de la manière la plus neutre possible avec ses patients, avec le même détachement dont elle userait pour parler de caries ou de problèmes de gencives.

Voilà qui laisse perplexe. Peut-on annoncer à un patient sa séropositivité de la même manière qu'on lui annonce qu'il a une carie ou un problème de déchaussement ?

Le dentiste qui n'est pas formé à la psychologie*, est bien mal préparé à gérer un patient qui s'effondrerait à l'annonce de la nouvelle.

* Du moins pour une majorité. Un abord psychologique permettrait d'aborder la sphère orale et ses pathologies sous un angle différent, tel que le propose le langage des dents.

Quels sont les signes buccaux du VIH, peut-on être contaminé par le VIH chez le dentiste?, autant de questions traitées dans le Pratikadent à la rubrique Sida.

* Source en anglais : http://www.preventivedentistry.co.uk/news/news_detail.php?id=2463

Sommaire des autres articles sur la dentisterie holistique

Ecrire un commentaire, réagir ou poser une question en rapport avec l'article

Pour les autres questions, voir la rubrique Poser vos questions en page d'accueil

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0