Dernière modification le 03-07-2011

 

Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

 

La bouche s'apparente à une zone de non-droit car il est possible d'y insérer n'importe quel produit ou matériau sans que les règlementations qui prévalent par ailleurs s'y appliquent.

Contrairement aux médicaments dont la composition doit être mentionnée, la composition d'un grand nombre de spécialités (pâtes, composites, amalgames, alliages…) n'est pas connue ou seulement partiellement. En effet, produits et matériaux dentaires ne sont pas considérés comme des médicaments. On peut donc insérer un bouche, souvent pour de longues années, des produits dont on ne voudrait pas pour le reste du corps.
La preuve par trois exemples.

Mercure

Polluant majeur, le mercure est considéré comme une substance nocive dont il faut protéger les éco-systèmes. L'Union Européenne a pris des mesures pour restreindre sa circulation et son utilisation. Pourtant, quand il est placé en bouche sous la forme d'amalgame dentaire, le mercure est considéré comme totalement inoffensif. Et qu'importe si les taux de mercure des Français s'avèrent supérieurs "à ceux des allemands et des Américains.

Formol, formaldéhyde et dérivés

Depuis la parution d'un avis au journal Officiel le 31 octobre 2007 le formol est désormais interdit dans les préparations bénéficiant d'une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Depuis le 20 décembre 2008, aucune préparation contenant du formol ne peut plus être distribuée. Paradoxalement ces précautions, justifiées par le caractère cancérigène (classement du CIRC ou Centre International de Recherche sur le Cancer) et hautement allergisant du formol, ne concernent pas les spécialités destinées à l'art dentaire puisque celles-ci, contrairement aux médicaments, ne sont pas soumises à une AMM.
Emploi du formol en dentisterie : Dents dévitalisées au formol et formaldéhyde

Nickel dentaire

Classé dans les cancérogènes possibles pour l'être humain par le CIRC, le nickel est un métal très réactif qui se corrode facilement produisant de l'électrogalvanisme buccal, et hautement allergisant. Pour cette raison, un arrêté de juillet 2000 limite l'emploi du nickel en bijouterie. L'art dentaire, où le nickel est largement employé dans des alliages destinés à la prothèse, n'est pas concerné par cette réglementation.
Emploi du nickel en dentisterie : Nickel dentaire

S'informer

Si le problème posé par l'amalgame dentaire est aujourd'hui  connu, il reste de nombreux matériaux et produits à bannir de la dentisterie, comme le fait déjà la dentisterie holistique, parfois appelée dentisterie énergétique. Au vu de l'inertie des pouvoirs publics, cela ne se fera pas sans une prise de conscience et une mobilisation massive des patients, consommateurs de soins. Il est donc plus que temps de se mobiliser et de s'informer.

 

Liste des produits toxiques à éviter employés en dentisterie :

Le Pratikadent, rubrique Toxicité

également disponible en livre numérique (envoi rapide par mail, remise par rapport à la version papier)


Sommaire des autres articles sur la dentisterie holistique

Ecrire un commentaire en rapport avec l'article

Poser une question

Tag(s) : #Dentisterie HOLISTIQUE

Partager cet article

Repost 0