Dernière modification le 20-03-2011

 

Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

 

Coût réel des prothèses dentaires : un secret bien gardéLe coût réel des prothèses dentaires restera un secret bien gardé, ainsi en ont décidés les sénateurs.

Alors que la loi HPST (Hopital Patients Santé Territoires) du 21 juillet 2009, modifiée par une ordonnance du 11 mars 2010, obligeait le chirurgien-dentiste à jouer vis à vis de son patient le jeu de la transparence, en particulier quant au coût ou prix de revient réel de sa prothèse dentaire, un texte adopté en première lecture par le Sénat supprime l’obligation de mentionner le prix d’achat des prothèses.

Arguant que cette obligation de transparence ne concerne qu'eux (et pas d'autres professionnels comme les garagistes, par exemple), les dentistes se montrent depuis toujours farouchement opposés à toute transparence en matière de coût réel des prothèses dentaires dont le montant reste un secret bien gardé. Rappelons que d'après une enquête, les trois quart de la profession se montrait hostile à la nouvelle loi et les deux tiers des dentistes interrogés avouaient ne pas l'appliquer.

 

Dans les faits, la décision sénatoriale ne change pas grand chose puisque dès l'adoption de la loi, les chirurgiens-dentistes avaient estimé par la voie de leur Conseil national et de leurs syndicats dentaires (CNSD, UJCD, FSDL) impossible "d’appliquer concrètement cette obligation d’information dans le flou actuel". Et le Conseil de l'Ordre avait annoncé sur son site : "Bien que, sur le principe, l’ordonnance a un effet immédiat, des discussions sur l’applicabilité de l’ordonnance sont en cours"(*).

À la trappe donc, l'obligation d'informer gratuitement le patient en lui indiquant "de manière dissociée, le prix d'achat de chaque élément de l'appareillage proposé, le prix de toutes les prestations associées".

Reste l'obligation de traçabilité telle que définie par l'Afssaps qui précise que le patient peut "dorénavant obtenir la déclaration de conformité, et disposer ainsi du nom et des coordonnées du fabricant de la prothèse dentaire".

Jusqu'à plus ample informé, le patient peut donc obtenir copie de la déclaration de conformité de sa prothèse dentaire à condition d'en faire la demande à son dentiste.

Fait révélateur, si sur leur site internet, certains dentistes utilisent l'argument de la traçabilité comme un élément de communication, nous n'en avons trouvé aucun en revanche qui mette en avant la transparence des coûts.

Il est vrai que les sites des dentistes sur internet sont aujourd'hui si nombreux qu'il n'est pas possible de les explorer tous.

Vous aurez peut-être plus de chance : sites des dentistes

 

Sommaire des autres articles sur la dentisterie holistique

Ecrire un commentaire, réagir ou poser une question en rapport avec l'article

Pour d'autres questions, voir la rubrique Poser vos questions en page d'accueil

 

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0