Dernière modification le 16-02-2012

 

Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

 

Bars à sourire contre dentistes

 

Tandis que bars à sourire et dentistes continuent de s'affronter sur le terrain du blanchiment des dents, à frontière (floue, il est vrai) entre esthétique pure et dentisterie médicale, la Fédération française de l'éclaircissement dentaire (FFED) représentant les bars à sourire qui vient de saisir cette semaine l'Autorité de la concurrence, reproche une concurrence déloyale à trois associations ou syndicats de dentistes. L'avocat de la FFED suspecte les dentistes de vouloir éliminer des concurrents sur un marché, le blanchiment des dents, pesant plusieurs millions d'euros par an*.

 

Zoom sur les bars à sourire, nouveaux centres de beauté pour les dents.

 

Bars à sourire, bars à dents, centres de blanchiment dentaire

 

Bars à sourire*, le concept nous vient des États-Unis où depuis une vingtaine d'années déjà, on se fait blanchir les dents dans des centres spécialisés qui fleurissent dans les centres commerciaux, après avoir fait ses courses, plus facilement qu'on va chez le coiffeur.

Les bars à sourire arrivent en France. Surfant sur la mode du jeunisme, les bars à sourire sont tendance. Mais qui sont ces nouveaux centres de beauté ?

Si leur concept est commun, se faire blanchir les dents à moindre coût, facilement et rapidement, avec la possibilité de le faire sans rendez-vous, les bars à sourire prennent dans la réalité des formes différentes et multiples.

 

* NB : quelque soit leur forme, le terme "bar à sourire" est particulièrement bien choisi car ces établissements vendent, non pas un soin (ils n'en ont pas le droit car le personnel, non formé à la dentisterie, n'est pas autorisé à mettre les mains en bouche), mais bien un produit, le gel blanchissant que le client place lui-même dans sa bouche.

Bars à sourire exclusifs

Il y a les bars à sourire "purs jus", c'est à dire  exclusivement dédiés au blanchiment des dents. Parmi ceux-ci, certains proposent une ambiance "comme chez le dentiste" en accueillant les clients sur des fauteuils qui rappellent celui du dentiste, les instruments en moins bien évidemment. Dans ces bars à sourire le blanchiment se fait allongé, ce qui n'est pas forcément la meilleure position pour subir une telle prestation, le produit coulant d'autant plus facilement dans la gorge quand on est allongé. D'autres centres de blanchiment dentaire jouent sur une ambiance décalée "seventies" en installant les clients dans de vastes et confortables fauteuils en forme d'oeufs où il peut se prélasser en feuilletant un magasine, le temps que le produit agisse.

Bars à sourires intégrés à des centres ou instituts

Il y a également les bars à sourire qui se greffent sur une autre activité : institut de beauté, centre de bronzage, club de remise en forme et même salon de massage ou de coiffure. Là, le blanchiment des dents est un plus, proposé à une clientèle par ailleurs soucieuse de prendre soin de son corps, de sa ligne, de sa beauté. L'offre de blanchiment complète tout naturellement les autres prestations par ailleurs proposé par l'institut ou le centre. Quitte à passer une demi-heure avec une gouttière dans la bouche remplie d'un produit acide au goût pas nécessairement plaisant, autant rentabiliser au maximum le temps ainsi sacrifié en profitant du temps imparti au blanchiment pour se faire bronzer, masser ou encore épiler.

Point commun à tous ces bars à sourire, nouveaux centres de beauté, l'ambiance y est feutrée, détendue mais toujours "glamour". Ici, pas question de souffrir mais de se faire plaisir. Tous les bars à sourire prennent d'ailleurs bien soin de préciser que c'est "sans douleur et sans effets secondaires". C'est (presque) comme chez le dentiste, la douleur en moins et le plaisir en plus. Mais bien entendu, pas question pour le personnel de ces centres de blanchiment de mettre les mains en bouche, sous peine d'encourir des poursuites pour exercice illégal de l'art dentaire. À quelques exceptions, tous affirment respecter scrupuleusement cet impératif. Plus curieux, un "expert en blanchiment dentaire" propose un "diagnostic détartrage" en précisant toutefois que le détartrage n'est pas obligatoire.

 

Et bien sûr, ces nouveaux centres de beauté pour les dents proposent des prestations à moindre coût, deux à trois fois moins cher que le dentiste.

Bar à sourire : blanchiment dentaire low cost

Moins chers, les bars à sourire ? Certes, mais pour une prestation qui n'a rien à voir avec celle proposée par le dentiste. Outre le matériel et le déroulement du blanchiment, l'autre différence notoire est que, depuis l'adoption de la nouvelle directive européenne, les produits de blanchiment en vente libre à usage non professionnel, y compris dans les bars à sourire, ne peuvent dépasser la concentration de produit actif de 0,1%. Seul le dentiste est habilité à utiliser des produits d'une concentration qui peut atteindre 6%.
Pour compenser la faiblesse de la concentration, les bars à sourire allongent les séances, avec une facturation au prorata de la durée, ou bien les multiplient car il est pénible de rester plus d'une demi-heure avec une gouttière de gel blanchissant plein la bouche et qui vous dégouline dans l'arrière gorge. Au prétexte que "c'est sans danger", on propose des abonnements et on invite le consommateur à revenir périodiquement, par exemple tous les trois mois, parfaire ou entretenir l'éclat de son sourire. C'est là évidemment qu'est le danger car ces produits ne sont pas anodins pour la dent qu'ils décapent avec des dégâts irréversibles à long terme, d'autant que l'émail, contrairement aux ongles ou aux cheveux, est un organe mort qui ne se régénère pas, soumis par ailleurs à de multiples agressions dont les aliments et les boissons acides (sodas).

Soupçonnés de réagir parce qu'ils veulent conserver l'exclusivité du marché lucratif du blanchiment dentaire, les dentistes, s'ils étaient cyniques, auraient au contraire tout intérêt à encourager le développement des bars à sourire et autres centres de blanchiment dentaire. En effet, d'ici quelques années, l'émail de la population urbaine aura été tellement décapé et sera devenu tellement poreux, qu'il faudra passer aux artifices prothétiques telles que facettes ou couronnes en céramique pour restaurer les pertes de substance et pallier aux sensibilités dentaires résultantes, un marché autrement plus lucratif pour les dentistes que le blanchiment des dents.


Rappel : la dentisterie comme la médecine doit répondre au principe Primum non nocere. De ce fait, les dentistes dont le métier est de préserver la dent, doivent eux-même être très circonspects sur un blanchiment qui même chez le dentiste est un risque à ne pas courir (saufs indications médicales précises et limitées).

À lire impérativement avant de se décider  : Avant de faire un blanchiment dentaire

 

Pour savoir si cela en vaut la peine et si le blanchiment a des chances d'être efficace chez vous : Blanchiment dentaire, efficacité

 

Et pour ceux qui n'ont froid ni aux yeux ni aux dents ou simplement prendre l'ampleur du phénomène : tous les bars à sourire par ville

 

* Source : http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/dentistes-contre-bars-a-sourire_1077457.html

 

Sommaire des autres articles sur la dentisterie holistique

Ecrire un commentaire en rapport avec l'article

Poser une question

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0