Dernière modification le

 

Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

 

Tandis que des négociations internationales sont en cours pour limiter l'emploi du mercure au niveau mondial, se pose toujours la question de l'emploi de ce métal neuro et reprotoxique, y compris à faibles doses, entrant dans la composition des amalgames dentaires à hauteur de 50 %.

Avec 17 tonnes posées en bouche par an, les dentistes français sont les plus gros consommateurs de mercure en Europe. En 2010, la FRance a été le seul pays européen à s'opposer officiellement à l'arrêt de l'usage de l'amalgame dentaire.

La question des amalgames dentaires laisse les dentistes en désaccord.

D'un côté les instances officielles de la profession par la voix du Conseil de l'Ordre des dentistes (ONCD) et de l'Association Dentaire Française (ADF), continue de défendre l'emploi des amalgames dentaires en dentisterie en arguant que "la dangerosité " de ces amalgames "n'a pas été prouvée" (rapport de mai 2005 de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, ex Afssaps) d'une part et que l'amalgame dentaire permet de "dispenser les soins les plus efficaces dans des situations cliniques spécifiques" d'autre part.

Le Conseil National de l'Ordre des Dentistes (ONCD) et l'Association Dentaire Française (ADF) ont d'ailleurs adressé à la Marisol Touraine, ministre de la Santé, une lettre publiée dans le dernier bulletin de l'Ordre (septembre 2012), afin de lui demander de s'opposer "à toute mesure visant à interdire ou limiter l'utilisation de l'amalgame dentaire".

De l'autre côté du front de l'amalgame dentaire, une centaine de dentistes en désaccord avec la position du Conseil national de l'Ordre, estimant "que la pollution au mercure dentaire est préjudiciable à la fois à l'environnement (et, par suite, à la santé de la population) et à la réputation de [la] profession", ont publié en ligne une lettre-pétition adressée à la ministre de la Santé.

"Comment justifier qu'elle seule [profession des dentistes] continue de dispenser du mercure quand tous les autres secteurs sont contraints d'en limiter drastiquement ou d'en cesser l'usage ?" s'interrogent ces dentistes dissidents.

Pro ou anti-amalgame, quelle voix la ministre choisira-t-elle d'écouter ?

 

Les précautions à prendre lors de la dépose des amalgames et les matériaux de remplacement sont détaillés dans Le Pratikadent, rubrique Plombage.

 

Sommaire des autres articles

Ecrire un commentaire en rapport avec l'article

Poser une question


Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0