Dernière modification le 11-08-2011

Par Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents


L’écologie est à la mode. Dommage que les principes écologiques s’arrêtent à l’entrée de notre bouche.

Les lois sur l’écologie ne s’appliquent pas aux dents

Considéré comme polluant quand il est rejeté dans les nappes phréatiques, au point qu’une loi oblige les dentistes à s’équiper d’un récupérateur de déchets d’amalgames, le mercure n’est en revanche pas considéré comme tel quand il séjourne dans en bouche. Il devient inoffensif dès lors qu’il est inséré à demeure dans une dent. C’est le miracle de la bouche : des produits nocifs ou polluants dans toute autre circonstance deviennent comme par enchantement inertes et neutres dès lors qu’ils sont en bouche. Ainsi le nickel, métal hautement allergisant et cancérogène (classé par le CIRC* dans les “cancérogènes pour l’homme”) fait l’objet d’une réglementation qui limite son emploi dans les alliages destinés à la bijouterie mais pas dans ceux destinés à l’art dentaire. Autre exemple, nombre de pâtes à canaux (destinées à obturer les canaux après retrait du nerf ou dévitalisation) qui contiennent des composés hautement irritants (imposant d’après la notice l’emploi de gants, masque et lunettes) deviendraient totalement biocompatibles et atoxiques une fois introduites dans les racines de la dent.


Une zone de non-droit

Force est de constater que la bouche est une zone considérée comme isolée du reste du corps où il est permis de faire n’importe quoi. Comment expliquer que des produits ou matériaux dont la composition et les effets secondaires font parfois frémir (dérivés formolés, corticoïdes, antibactériens cancérogènes, etc.) puissent être placés en bouche ? Comme se fait-il que la composition des aliments, cosmétiques ou médicaments soit connue alors que celle des produits qui séjournent à demeure dans les dents ne l’est pas ? Comment est-il possible que du matériel d'orthodontie (bagues et attaches), après avoir subi un recyclage, puisse-être réutilisé dans la bouche de patients successifs en toute légalité et à l'insu du patient ? Quand la bouche cessera-t-elle d’être la zone de non-droit qu’elle est depuis des siècles, successivement livrée aux chirurgiens-barbiers puis aux arracheurs sans diplôme ?


Un dentiste holistique, vite !

Certains espèrent trouver le salut dans un dentiste dit holistique. Il n’existe cependant ni liste ni annuaire qui les répertorie car interdits par le Conseil de l’Ordre. En outre l’étiquette “dentisterie holistique” n’est pas une garantie car certains se réclament abusivement d’une appellation attractive, encore nommée dentisterie énergétique. Reste au patient à sortir de sa passivité et à interroger son praticien avant d’ouvrir la bouche pour se laisser poser des matériaux dont il ignore la nature et les effets sur la santé. Rien dans la loi n’interdit de téléphoner à un dentiste pour lui demander comment il travaille. Rien ne s’oppose à ce qu’un patient interroge son praticien sur les produits et matériaux qu’il emploie. Rien, si ce n’est une déresponsabilisation qui conduit à s’en remettre aveuglément à l’homme de l’art, une attitude dont il est urgent de changer.

* CIRC : Centre International de Recherche sur le Cancer

Quelques pistes pour trouver un dentiste holistique :  Trouver un dentiste à orientation holistique à l'ère d'internet
Annuaire des sites de dentistes sur le net

En savoir plus

• sur les bonnes pratiques en dentisterie holistique > Le Pratikadent

compléments d’information sur la cancérogénicité du formaldéhyde (pâtes à canaux) et du nickel (alliages prothétiques) > Monographies du CIRC

Articles liés > Sommaire et Archives

Réagir à cet article ou poser une question :
cliquez sur ajouter un commentaire, ci-dessous     Lire les commentaires
Tag(s) : #Dentisterie HOLISTIQUE

Partager cet article

Repost 0