Questions sur le décodage
Questions sur la dentisterie holistique


Orthodontie : questions archivées

Poser vos questions directement sur la page Orthodontie.


Faites défiler le curseur pour lire les différentes questions traitées

Sommaire des questions (des plus récentes aux plus anciennes)
Sylvie, Caen : canines définitives qui poussent dans la partie supérieure de la gencive
Galina, Hutchinson, Québec : orthodontie à 50 ans ?
Laure, Laval : affaissement suite à extractions
Estelle, Annonay : dents limées
Éric Saint-Raphaël : extractions de dents de lait chez un enfant de 8 ans et demi
Manon, Rosières, orthodontie et tremblements
Michel, La Rochelle : disjoncteur, limage ou rien ?
Anne-Françoise, Fréjus : orthodontie à six ans ?
Isabelle, Auxerre : apnée du sommeil chez l'adulte
Anne-Marie, Perpignan : succion prolongée du pouce
Jacqueline, Bordeaux : ma fille a-t-elle été bien traitée ?
Amandine, Houilles : Orthodontie à sept ans, traiter ou attendre ?
Antonia, Nice  Aligner les dents chez l'adulte
Madeleine, Erpent : Traction d'une dent incluse
Catherine, Bruxelles : Orthodontie chez l'adulte sur un terrain fragilisé
Isabelle, Marseille : conséquences d'un traitement d'orthodontie sur l'état général
Sandra, Nîmes : prognathie , quelles solutions chez l'adulte


QUESTIONS

Christine, Herpont : extractions de prémolaires à 15 ans

Mon fils de 15 ans doit subir un traitement orthodontique pour lequel le médecin préconise l'extraction d'une prémolaire droite (14) et d'une deuxième prémolaire gauche (25). J'hésite beaucoup car c'est lourd d'enlever des dents saines. Mon fils présente un type facial hypodivergent, une promaxille associée à une proalvéolie incisive mandibulaire et à une suppraclusion incisive. Les rapports intermaxillaires sont de type classe II molaire et canine bilatérale plus accentué du coté droit.
Merci de me donner votre avis. Je précise que pour l'oeil d'un profane ses dents sont bien alignées mais qu'il se plaint régulierement de douleurs au palais et aux incisives haut comme si elles poussaient en avant.


Réponse d'Estelle Vereeck

Sur un profil hypodivergent comme celui de votre fils, les extractions accentuent l'hypodivergence, c'est à dire qu'elles provoquent un affaissement des traits du visage, comme expliqué dans l'article Péril sur le profil, publié sur le site des éditions Luigi Castelli. Le résultat à terme est très disgracieux, surtout si le nez est fort. C'est donc une contre-indication aux extractions. Ce ne sont pas les seuls effets secondaires des extractions que je vous déconseille. Je vous suggère de consulter un orthodontiste à orientation fonctionnelle. Attention cependant, à l'âge de 15 ans, la croissance osseuse terminée, il est malheureusement trop tard, avec ou sans extractions, pour traiter la supraclusion dont souffre votre fils. Il reste possible par des appareils amovibles fonctionnels de produire une légère expansion de l'os qui supportent les dents afin de réduire les tensions dont se plaint votre fils. En outre, quel que soit le traitement choisi (avec ou sans extractions), il implique le port d'une contention à vie.

Sylvie, Caen : canines définitives qui poussent dans la partie supérieure de la gencive

Mon fils de 11 ans est en train de sortir ses canines définitives. Mais elles ne peuvent pas prendre leurs places normales et commencent à sortir dans le haut de la gencive (au dessus des autres dents). Notre dentiste nous conseil de commencer un traitement. Quel serait le traitement le plus adéquat et pouvons nous lui éviter l'extraction de dents parfaitement saines ?

Réponse d'Estelle Vereeck

À onze ans, il est trop tard pour agir sur la cause du manque de place des canines, c'est à dire l'étroitesse du palais. En fonction de l'encombrement, il est possible (sous réserves) de ménager la place nécessaire sans extractions, en jouant, non plus à cet âge sur les bases osseuses, mais sur la croissance de l'os qui soutient les dents. On peut recourir pour cela à la Réhabilitation Neuro-Occlusale qui donne de bons résultats, encore à cet âge, à condition que votre fils accepte de porter les appareils qui risquent de provoquer (au moins au début) un défaut d'élocution.
Je vous conseille de consulter un dentiste ou un orthodontiste à orientation fonctionnelle, moins enclin à extraire, en principe qu'un orthodontiste traditionnel.
Les listes de dentistes sont interdites. Vous trouverez sur la page Trouver un bon dentiste des pistes pour trouver un praticien.

Galina, Hutchingson, Québec: orthodontie à 50 ans ?

Tard dans mon enfance, on m'a extrait une prémolaire qui n'a jamais été remplacée. Aujourd'hui, mes deux dents d'en avant sont séparées et continuent de s'écarter. Depuis peu, je me suis rendue compte que je commençais à parler sur le bout de la langue ce qui me désole. Je pense sérieusement à l'orthodontie (j'ai 50 ans). Croyez-vous qu'il soit trop tard ou s'il y avait une autre solution?

Réponse d'Estelle Vereeck

Le problème que vous décrivez évoque une dysfonction de la langue appelée "pulsion linguale". La langue vient pousser les incisives à chaque déglutition réflexe. La priorité est de faire un bilan et d'éduquer la langue. Cependant, Je ne vous cache pas que c'est très difficile après 51 ans de "mauvaises habitudes" de les corriger.
Si vous souhaitez entreprendre un traitement d'orthodontie, il est probable que l'on vous propose d'extraire la prémolaire symétrique pour rétablir l'équilibre. Je vous le déconseille car toute extraction ne peut que réduire encore l'espace disponible pour la langue et aggraver sa dysfonction.
Il faudrait vous orienter vers un traitement fonctionnel qui augmente la place disponible pour les dents. Si vous pouvez vous procurer mon livre Orthodontie, halte au massacre, vous y trouverez toutes les explications nécessaires.
Traiter à l'âge de cinquante ans, c'est bouleverser les équilibres acquis avec des risques pour les articulations des mâchoires, le dos, etc. Il faut donc bien réfléchir, d'autant plus qu'il vous faudra porter une contention à vie.

 


Laure, Laval: affaissement suite à extractions

Il y a maintenant 20 ans , âgée de 12 ans, un dentiste m'a arraché une molaire de 6 ans en bas a gauche, maintenant il n'y a plus de place pour mettre une dent et mes dents ont toutes déviées vers ce trou ce qui cause une malocclusion, j'ai consulté un ortho qui m'a expliqué que se serait un chantier et je ne vous parle meme pas de l'aspect financier que cela implique je suis maman de 3 enfants, je suis tres angoissé que faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

Effectivement, un tel problème est difficile à corriger, sauf à passer par un traitement d'orthodontie. Le port nocturne de gouttières, type plaques à pistes de Planas, peut apporter un soulagement en cas de problème d'articulation des mâchoires. Ce peut être une solution si vous ne souhaitez pas vous lancer dans un traitement d'orthodontie.


Estelle, Annonay : dents limées

Ma fille s'est faite poser des bagues depuis environ 6 mois. Ses dents se sont bien redressées mais lors de son dernier rendez-vous, l'orthodontiste lui a égalisé tout le devant en haut et en bas. Elle dit avoir eu trés mal quand il lui a limé les canines et se plaint à présent de ressentir assez vivement le chaud et le froid...
D'après ma fille il ne lui a égalisé que par soucis d'esthétique; mais je suis scandalisée car je trouve que cela n'avait pas lieu d'être et aussi parce qu'il me semble qu'il aurait pu m'en avertir auparavant. Dois je m'inquiéter ? Que me conseillez-vous ?
Réponse d'Estelle Vereeck

Les canines doivent parfois être limées pour des raisons fonctionnelles lorsqu'elles sont trop longues et interfèrent avec les mouvements de mastication (risque que la pointe raccroche). L'orthodontiste aurait effectivement dû solliciter votre accord avant de procéder à la réduction de l'émail de votre fille et vous expliquer la finalité de son geste. Les sensations de chaud et de froid devraient s'estomper avec le temps. Il n'y a rien à faire, sauf demander la pose d'un vernis isolant si les sensations douloureuses sont trop gênantes. À l'avenir assurez-vous de mettre les choses au point avec l'orthodontiste (ou tout autre praticien) pour que ce type d'incident ne survienne plus.

Éric, Saint Raphaël : Extractions de dents de lait chez un enfant de 8 ans 1/2, est-ce justifié ou non?

Suite à une série de consultation chez des orthodontistes, le dernier a fait un bilan complet soulignant la petitesse de la machoire. Je crois que les 4 dents à extraire (53-63-73-83) sont des dents de lait mais c'est une operation assez lourde. Vous déconseillez l'extraction en particulier des canines de lait. Auriez vous le meme conseil dans ce cas? Corriger sans extraire semble difficile, confirmez vous?
Quel pourrait être les difficultés si l'on attend sans rien faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

Précision: les dents 53-63-73-83 sont des canines de lait.

Agir est une priorité. Attendre ne fera qu'accentuer le problème d'encombrement et compliquer le traitement par la suite.
Cependant, il n'y a pas d'intérêt à enlever prématurément les canines de lait alors que les dents adultes vont les pousser et les conduire à tomber normalement et spontanément. Les dents adultes ne seront nullement empêchées de pousser et de prendre leur place si l'espace dégagé est suffisant. On évite ainsi un RV pénible à l'enfant et une perte osseuse et d'espace due à l'extraction des canines de lait (sauf si celles-ci sont contenues dans un appareil interceptif, à vérifier). Il est très rarement utile d'anticiper la chute des dents de lait.
En conclusion, travailler à l'expansion des mâchoires en orthodontie fonctionnelle dispense de recourir prématurément aux extractions de dents de lait. Plus d'infos sur les moyens de favoriser l'expansion des mâchoires dans Orthodontie, halte au massacre.

Manon, Rosières : orthodontie et tremblements

Ma fille de 15 ans avait, petite, un problème de déglutition et la mâchoire du bas en retrait par rapport à celle du haut plus une agénésie de 2 dents du bas (pré-molaires). L'orthodontiste lui a demandé de porter un appareil contenseur au moins 12 à 14 h par jour pendant un an, puis à l'âge de 13 ans et demi lui a posé deux appareils avec bagues plus élastiques pour rectifier tout cela. Or, à cette époque sont apparus des tremblements essentiels des mains surtout de la gauche, les médecins lui ont fait faire des examens (irm, eeg, scanner thoracique) mais il n'y a rien de ce côté là. Ma question est donc : toutes ces interventions sur les dents peuvent-elles engendrer ou favoriser ces tremblements dit essentiels?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il est impossible de répondre de manière catégorique. Un élément de réponse réside dans le fait que les appareils fixes bloquent le maxillaire avec un certain nombre de conséquences négatives. Une influence neurologique est possible, surtout chez une personne sensible. Le seul moyen de le vérifier est de faire déposer les bagues et de voir si cela a une incidence sur les tremblements. Pensez aussi à consulter un ostéopathe pour corriger une probable vrille de la posture suite à la pose de l'appareillage.

Michel, La Rochelle : disjoncteur, limage ou rien ?

Notre fille de juste 14 ans a 3 dents supérieures un peu à l'étroit, 2 incisives et une canine et une petite déviation lors de la fermeture.
Un premier orthodontiste prescrit la pose d'un disjoncteur avec une période d'essai de 10 jours (la douleur sera le critère) car il est réservé sur son âge avancé pour cette technique. Il prévoit un écartement de 8 mm en 35 jours + bagues + gouttières.
Un second orthodontiste considère qu'elle est trop âgée pour le disjoncteur et propose des limages + bagues. Pour agrandir la mâchoire supérieure, il envisage éventuellement une opération sur la suture palatine et une désolidarisation des dents et du crâne, traitement inacceptable à notre avis.
Nous avons lu que le disjoncteur est efficace sans risque jusqu'à 20 ans. Qu'en pensez-vous ?


Réponse d'Estelle Vereeck

Des études ont montré qu'il est possible d'obtenir un élargissement du palais avec un disjoncteur encore chez l'adulte jeune. Cependant cette technique n'est pas sans risque car elle agit sur une suture qui se calcifie vers l'âge de 8 ans. Le risque est d'infliger un traumatisme à la suture palatine avec des répercutions sur les pièces osseuses du crâne.
La technique chirurgicale est encore plus violente puisqu'on pratique alors une disjonction chirurgicale avec d'autres risques. Cette technique est à réserver à un manque de place important et à un palais très étroit.
En fait, tout dépend du manque de place. 8 mm semble un gain de largeur ambitieux, vu l'âge de votre fille dont le pic de croissance est, sauf retard, à 14 ans dépassé. Les risques liés à l'emploi du disjoncteur sont les douleurs mais aussi les maux de tête, les vertiges, des répercussions sur l'articulation des mâchoires et d'autres encore comme un état dépressif, causés par le blocage du maxillaire par l'appareillage.
Vous décrivez un encombrement léger. Je ne conseille pas le limage qui ampute la dent d'une partie de son émail mais je vous conseille de prendre un autre avis auprès d'un orthodontiste fonctionnel qui pourra peut-être vous proposer une autre solution thérapeutique, type plaques à piste de Planas, par exemple. Tous les détails sur les traitements alternatifs dans Orthodontie, halte au massacre.



Anne-Françoise, Fréjus : orthodontie à six ans ?

J'avais emmené ma fille à l'âge de 4 ans chez le dentiste, il m'avait alors parlé de problème d'alignement des dents mais qu'il fallait attendre 6 ans pour être sûr.
Lors de la visite des 6 ans, il a confirmé ce problème et conseillé de prendre RDV avec un orthodontiste.
Sur la lettre adressée à l'orthodontiste, il est écrit «articulé croisé».
Je voudrais savoir :
- Si ce problème peut être corrigé par des séances chez un ostéopathe,
- si le port d'un appareil de correction est conseillé ou si c'est une aberration.

Réponse d'Estelle Vereeck

Un articulé croisé ou inversion d'articulé représente un blocage majeur avec des répercussions très néfastes sur la posture.

L'ostéopathie peut apporter une amélioration temporaire mais insuffisante tant que l'occlusion n'est pas corrigée.

Un appareil de correction est une nécessité et même une urgence. L'aberration serait de ne rien faire et d'attendre, comme cela a été fait jusqu'à présent. Il n'est pas aberrant de traiter un enfant dès quatre ans, le plus tôt est toujours le mieux.

Le problème vient d'un palais trop étroit qu'il faut travailler à élargir, ce qui est très facile et rapide chez un jeune enfant.

L'orthodontie fonctionnelle est un outil de choix. La méthode donne de très bons résultats, rapidement chez un jeune enfant, à condition bien sûr qu'il porte l'appareil. Il faut le lui présenter comme un jeu.
Attention, il ne faut pas oublier la langue qui dysfonctionne toujours en cas de palais étroit et doit être éduquée.
D'autres informations sur l'orthodontie fonctionnelle dans Orthodontie, halte au massacre.

 


Isabelle, Auxerre : apnée du sommeil chez l'adulte

Mon ami a 29 ans, souffre de mos de dos l'empêchant de dormir, donc toujours fatigué. Il respire continuellement par la bouche et souffre d'apnée du sommeil sans s'en rendre compte. Il ronffle presque en permanence. Il est sans cesse congestionné et souffre de multiples allergies. Lors d'activités physiques intenses, il souffre de maux de coeur. On lui a enlevé les végétations à l'adolescence et les dents de sagesse, il y a 3 ans. Sa dentition n'est pas parfaite, mais il refuse des traitements pour l'esthétique. 
À 29 ans, existe-t-il des traitements ? Qui sont les spécialistes ?
Réponse d'Estelle Vereeck

Isabelle décrit le portrait type de la personne qui respire par la bouche en permanence. Les enjeux sont bien plus qu'esthétiques puisque les conséquences à long terme d'une telle respiration sont potentiellement mortelles, comme expliqué dans cet article publié sur le site des éditions Luigi Castelli: dégâts de la respiration buccale sur la santé.
La cause en est un palais anormalement étroit, combiné à l'habitude de respirer par la bouche depuis l'enfance. La seule solution est d'élargir le palais chirurgicalement. Il est nécessaire de consulter un chirurgien maxillo-facial. Après l'opération, des séances pour rééduquer la respiration seront nécessaires. Un tel traitement est certes lourd mais indispensable pour éviter les redoutables complications induites par une respiration permanente par la bouche. Les modalités de l'intervention sont détaillées dans Le Pratikadent, rubrique Chirurgie maxillo-faciale.
Des extraits du Pratikadent sont consultables en ligne sur le site des éditions Luig Castelli.

Anne-Marie, Perpignan : succion prolongée du pouce

Mon garçon de 7 ans et demi suce encore son pouce. J'ai remarqué dernièrement en lisant vos articles que ses dents du haut sont avancées. Jusqu'à présent, je n'ai pas vraiment fait pression sur lui pour qu'il arrête car il ne le suce qu'à la maison. Je me disais que quand il serait prêt il arrêterait de lui-même mais je commence à en douter. Comment l'aider à arrêter et qu'elles sont les causes affectives de ce comportement ?
Réponse d'Estelle Vereeck
La succion prolongée du pouce (au-delà de de trois ans, âge considéré comme la limite extrême) correspond à un besoin de se protéger et de se rassurer face au monde extérieur perçu comme angoissant ou menaçant. En parallèle avec les causes psychologiques, d'autres facteurs doivent être pris en compte: le point sur la question dans Succion du pouce, causes et solutions.

Jacqueline, Bordeaux : ma fille a-t-elle été bien traitée ?

Ma fille de 12 ans a vu un orthodontiste l'année dernière,car elle respirait par la bouche, on lui a mis des bagues pendant un an environ mais elle continue de respirer par la bouche. Par contre sa machoire inférieure partait en avant, ce qui n'est plus le cas. Comment savoir si l'orthodondiste a bien fait son travail ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il n'est pas possible d'évaluer le résultat d'un traitement d'orthodontie par internet. Si Jacqueline a un doute, on ne peut que lui conseiller de consulter un autre orthodontiste. La question est en tous cas délicate puisque le Conseil de l'Ordre interdit à tout dentiste de dire du mal d'un confrère.
Ce qu'on peut remarquer, c'est que le problème de respiration par la bouche n'a pas été réglé. Ceci est problématique dans la mesure où la respiration par la bouche est très dommageable pour la santé. La priorité est donc de rééduquer la respiration et de corriger la position basse de la langue qui lui est associée. Jacqueline trouvera à ce sujet d'utiles précisions dans l'article: La langue, clé de voûte de la santé. Il faudra également vérifier que l'expansion de la mâchoire du haut a été réalisée de manière suffisante car la largeur du palais conditionne un volume suffisant des fosses nasales, volume garant d'une respiration normale par le nez. Il serait opportun pour Jacqueline de consulter avec sa fille un orthodontiste fonctionnel.

En savoir plus
• Sur les ravages de la respiration buccale > article (sur le site des éditions Castelli)
• Sur l'orthodontie fonctionnelle > Orthodontie, Halte au massacre


Amandine, Houilles : Orthodontie à sept ans, traiter ou attendre?

Mon fils a 7 ans. Ses incisives centrales et latérales se chevauchent déjà et ses 2 incisives centrales supérieures sont énormes. Un orthodontiste fonctionnel me dit de commencer maintenant, mon dentiste (qui est pour le fonctionnel) me dit qu'en l'absence de problème fonctionnel (position de la langue, respiration), il vaut mieux attendre car la croissance va venir et chambouler tout le travail fait ! Qu'en pensez-vous? Maintenant ou attendre un peu ?

Réponse d'Estelle Vereeck

La croissance est une alliée précieuse et non une ennemie. Si l'enfant présente un manque de croissance des mâchoires, ce qui semble être le cas ici, on ne peut espérer la favoriser qu'en agissant pendant la phase de développement et non après. Une fois la croissance terminée, il ne restera qu'à constater l'étroitesse et les dégâts qui en résultent (les dents qui se chevauchent) et à extraire des prémolaires pour faire de la place ! Il est donc sage d'écouter l'avis de l'orthodontiste fonctionnel et de démarrer le traitement sans attendre. Si l'enfant coopère bien, les mâchoires seront élargies avant que les autres dents adultes sortent et celles-ci pourront se mettre en place sans emcombre. En outre, plus un traitement bien mené débute tôt, moins il a de chances de récidiver.


En savoir plus sur l'orthodontie précoce > Orthodontie, Halte au massacre

Antonia, Nice : Aligner les dents chez l'adulte

À 25 ans mes dents ne sont pas bien alignées. Cela me gêne pour sourire en particulier. Je n'ai pas eu d'appareil dentaire à l'adolescence. Est-il trop tard pour y remédier ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Il n'est jamais trop tard dans la mesure où un traitement d'orthodontie reste possible à tout âge. Attention cependant, les traitements chez l'adulte ne sont pas sans conséquences sur le corps et la posture comme en témoignent les questions posées dans cette rubrique. Le corps d'un adulte est plus rigide, les mâchoires moins malléables que chez l'enfant. Il est nécessaire d'agir avec des traitements les moins contraignants possibles, des appareillages amovibles fonctionnels, plutôt que des bagues, en évitant d'extraire des dents, et bénéficier d'un suivi ostéopathique. Et surtout, avant de se lancer, bien se demander si le jeu en vaut la chandelle. La disgrâce du sourire est-elle réelle ou se focalise-t-on sur un défaut relativement mineur ?
Seule Antonia peut répondre à cette question.


En savoir plus sur les risques de l'orthodontie et les pistes alternatives chez l'adulte comme chez l'enfant > Orthodontie, Halte au massacre


Madeleine, Erpent : Traction d'une dent incluse

Mon fils de 12 ans a subit l'extration de son incisive centrale droite supérieure (de lait) il y a deux ans car la définitive était bloquée par un germe qui s'interposait. L'orthodontiste a préconisé d'attendre 6-8 mois la descente de la définitive mais rien ne vient. Il nous a parlé de la tracter. Mon fils a deux autres dents en train de sortir sur la même mâchoire. Est-ce le bon moment pour intervenir ? En quoi consiste cette action ? S'agit-il d'une intervention souhaitable ? Devra-t-il porter un appareil à la suite ?

Réponse d'Estelle Vereeck

Si d'autres dents sortent, cela indique une phase de poussée dentaire propice à intervenir. La traction consiste à opérer un dégagement de la dent bloquée, puis à fixer un dispositif orthodontique avec des bagues pour opérer une traction de la dent incluse. Ce qui implique la pose d'un appareillage fixe (type bagues et arcs).

Est-ce souhaitable ? Sur le plan strictement mécanique, oui sans aucun doute. Néanmoins le fait que l'éruption soit bloquée sur cette dent en particulier indique qu'il existe un blocage psychologique dans le domaine de la personnalité qui correspond à la dent. S'agissant de l'incisive centrale définitive ou dent du Rayonnement, c'est son image et son identité d'adulte que l'enfant n'arrive pas à exprimer. Le côté indique par rapport à quel parent le blocage est vécu: à droite en haut, c'est la mère. Avant d'envisager la traction, ou en parallèle, il est nécessaire que Madeleine pose un regard différent sur son fils, qu'elle le traite davantage comme l'adulte en devenir qu'il est que comme "son bébé". Si l'enfant est rassuré sur son image, il y a toutes les chances pour que l'intervention et ses suites se déroulent favorablement. Dans le cas contraire, c'est une contrainte qu'on impose à l'enfant: par la traction on l'oblige à se comporter en adulte mais si de l'autre sa mère continue de le traiter en bébé, il y a contradiction et conflit intérieur, conflit qui a toutes les chances de se traduire ultérieurement par un problème sur cette dent.


Plus d'infos
• Sur le sens de la dent > Le Dictionnaire du langage de vos dents
• Sur l'opération, son déroulement, ses risques > Le Pratikadent


Catherine, Bruxelles : Orthodontie chez l'adulte sur terrain fragilisé

J'ai 34 ans. Il y a environ 2 ans, j'ai eu des problèmes de gencive assez importants. J'ai consulté un parontologue qui a effectué 1 "surfacage". J'ai toujours énormément de tartre. Un dentiste m'a conseillé un detartrage bisannuel sous anesthésie et une hygiène dentaire irréprochable (brosse à dent électrique, fil dentaire et bain de bouche). Il m'a signalé un risque de déchaussement des incisives de la mâchoire inférieure et m'a conseillé de consulter un orthodontiste. On me propose un traitement d'environ 1an 1/2 avec pose de bagues (en haut et en bas) et extraction d'une incisive en bas afin de redresser les dents du bas et des séances de logopédie pour le placement correct de la langue. Je souffre également de bruxisme depuis plusieurs années. Par ce traitement, j'ai peur de fragiliser mes dents et de déséquilibrer mon corps.

Réponse d'Estelle Vereeck

Il est certain que le corps est à 34 ans moins plastique qu'à l'âge de 6 ou 10 ans et c'est tout le problème des traitements d'orthodontie chez l'adulte. Le traitement qui est proposé à Catherine prend en compte la fonction et la position de la langue, ce qui est positif. Il faut savoir néanmoins que l'éducation de la position de la langue chez l'adulte demande un investissement personnel important et que si on ne parvient pas à corriger la langue, le traitement a toutes chances de récidiver. Par ailleurs, c'est la poussée de la langue qui est la cause (en plus du tartre) du problème de déchaussement de Catherine. Il serait donc sage de commencer par les séances de logopédie car c'est d'elles que dépend le succès du traitement. S'il se révélait impossible d'éduquer la langue et la déglutition, mieux vaudrait alors renoncer au traitement d'orthodontie qui serait voué à l'échec, fragilisant inutilement les dents et le corps.
Plus d'infos sur la fonction de la langue, la déglutition, les traitements chez l'adulte > Orthodontie, halte au massacre

Isabelle, Marseille
Conséquences d'un traitement orthodontique sur l'état général

J'ai 36 ans et j'ai porté un appareil multibagues pendant plus de 5 ans (entre 13 ans et 19 ans). Actuellement, toutes mes dents se déchaussent. J'ai également des problèmes de dos et des douleurs aux genoux. J'ai porté durant mon enfance des semelles orthopédiques, j'ai maintenant un faux pied plat à droite. De plus, je souffre d'une stérilité inexpliquée car tout semble parfait au niveau des examens que j'ai passé.
Est-ce que tout ces problèmes pourraient provenir de cet appareil géré en dépit du bon sens (extraction de dents saines + casque nocturne + élastiques entre la machoire inférieur et supérieure + tous les appareils de tortures nécéssaires...)? Et dans ce cas, qui dois-je contacter pour avoir des réponses à ces questions ou des informations et que faire?

Réponse d'Estelle Vereeck

Isabelle décrit les conséquences hélas fréquentes de l'orthodontie classique, mutilante (extractions de dents saines) et trop tardive (à 13 ans la croissance des mâchoires est terminée à 90%).
Le résultat de ce traitement intempestif, qui exerce des contraintes énormes sur les dents et le dos à un âge où le corps n'est plus assez plastique pour le supporter, est une dislocation de la posture, d'où les nombreux problèmes que décrit Isabelle. Le problème postural était déjà présent (Isabelle a porté des semelles orthopédiques) mais il a été aggravé par le traitement d'orthodontie alors qu'il aurait pu être réglé par une prise en charge fonctionnelle intelligente. En effet, une mauvaise occlusion a des répercutions directes sur la posture > Ostéopathie et art dentaire. De plus, le problème de pied plat est fréquemment causé par une mauvaise position de la langue dans la cavité buccale (langue basse), langue qui induit également la malocclusion en poussant les dents. En outre, les tractions trop fortes sollicitent le support osseux, induisant à terme un déchaussement.
Quant au problème de stérilité, il peut être causé par une posture déséquilibrée qui comprime le bassin. Il serait utile qu'Isabelle consulte un ostéopathe à ce sujet. Mais la stérilité peut également être causée par des dents dévitalisées, traitées de manière inadéquate ou par des produits toxiques qui créent un barrage énergétique (voir à ce sujet Le Pratikadent). C'est une piste qui vaut la peine d'être explorée.

Que faire ?
Rétablir une occlusion physiologique compatible avec la posture est une priorité. Pour cela, il est nécessaire de refaire un traitement d'orthodontie mais cette fois fonctionnel, traitement qui devra prendre en compte la position de la langue, la respiration, la déglutition, inclure des séances de rééducation chez un orthophoniste et se faire en collaboration avec un ostéopathe pour harmoniser occlusion et posture. Pas de bagues ni de traitement violent et contraignant mais un traitement par appareil amovible dans un esprit fonctionnel.

Toutes les informations sur le rôle de la langue, les conséquences de l'orthodontie mutilante, les traitements alternatifs > Orthodontie, halte au massacre

Sandra, Nîmes : prognathie , quelles solutions chez l'adulte

Allergique et asthmatique, je souffre de prognathie. Mes dents du bas sont bien rangées mais celles du haut sont en avant et, côté gauche, quelques dents rentrent à l'intérieur comme s'il y avait un manque de place. J'avais consulté étant jeune mais on m'a dit d'attendre pour passer ensuite par la chirurgie : réduire la mâchoire inférieure en coupant l'os puis porter un appareil pendant 3 ans. En lisant votre livre "Orthodontie, halte au massacre" j'ai appris qu'on pouvait guérir assez facilement par un appareillage qui développe la mâchoire mais uniquement quand on est jeune.
La chirurgie est-elle la seule solution dans mon cas? En quoi consiste-t-elle? Quels sont les risques encourus et les résultats? Faut-il en plus avoir recours à un appareil dentaire classique pendant 3 ans, après l'opération?
 

Réponse d'Estelle Vereeck

Analyse du problème
La prognathie se caractérise par un manque de développement de la mâchoire du haut. L'atrophie du haut (responsable des problèmes d'encombrements dont parle Sandra) donne l'impression que la mâchoire du bas est trop développée, ce qui est en réalité très rare,le problème venant uniquement du haut dans la majorité des cas. La plupart du temps la prognathie se traite très facilement à condition d'intervenir tôt. Pourtant, trop souvent, les orthodontistes "mécanistes" attendent l'âge adulte pour proposer une chirurgie, traitement beaucoup plus lourd. Pour le patient, c'est une perte de chance car il n'a pas bénéficié du traitement adéquat. En outre, l'atrophie du palais a des conséquences sur la respiration qui ne peut se faire correctement par le nez (le palais est le plancher des fosses nasales). La bouche prend alors le relais, ce qui est très nocif pour la santé. L'asthme et les problèmes d'allergie dont souffre Sandra sont causés ou aggravés par la respiration permanente par la bouche.

Que faire ?
À l'âge adulte, la croissance terminée, il est trop tard pour élargir le palais. En cas de prognathie légère, une correction est possible en jouant sur la croissance de l'os alvéolaire qui soutient les dents. Dans la majorité des cas, il faut réaliser ce qu'on appelle une disjonction maxillaire. C'est un élargissement du palais par voie chirurgicale. Cela consiste à séparer les deux hémi-maxillaires (les deux os qui forment le palais) et à maintenir les deux fragments par des broches en attendant la consolidation osseuse.
Inconvénient : cela laisse au début un écart médian (type dents du bonheur) très disgracieux mais qui sera comblé ensuite par le déplacement des dents.
Avantage : l'intervention permet de donner aux fosses nasales un calibre suffisant et donc de rétablir les conditions d'une respiration correcte. Il faut ensuite rééduquer la respiration pour qu'elle se fasse par le nez et non plus par la bouche, ainsi que la langue qui a pris l'habitude de se placer en position basse. Cette phase fonctionnelle est très importante et ne doit pas être négligée.
Suite à la chirurgie qui a libéré de la place, il est nécessaire de passer par l'orthodontie pour aligner les dents. Trois ans est une durée moyenne. En cas de prognathie vraie (menton trop saillant), il est nécessaire de compléter l'intervention par une génioplastie (remodelage du menton) et, uniquement en cas de prognathie sévère, par une intervention de réduction de la mandibule.

Les risques
Ce sont ceux liés à tout traitement d'orthodontie, tels que décrits dans Orthodontie, halte au massacre. Le risque principal quand on change ainsi profondément la structure osseuse est de léser l'articulation des mâchoires. Il faut donc se faire suivre par un ostéopathe (> Ostéopathie et art dentaire) et être particulièrement vigilant par rapport à l'occlusion qui doit être ajustée, si nécessaire par des collages, en fin de traitement > Le PRATIKADENT, rubrique Occlusion.
Tag(s) : #VOS QUESTIONS

Partager cet article

Repost 0