Cette nuit j'ai rêvé que je soignais la dent de sagesse d'Emmanuel Macron, notre président.

Qu'on se rassure, non, je ne me prends pas pour une dentiste à nouveau en exercice. Je ne le serai plus jamais. Par la grâce de ceux qui m'ont sciemment et méthodiquement détruite, je ne serai plus jamais dentiste.

Je rappelle à ceux et celles qui continuent de m'écrire malgré mes avertissements, qu'à ce titre (ou plutôt cette absence de titre), il m'est interdit de leur répondre. Si cela vous contrarie, n'oubliez pas de remercier le système qui baillonne efficacement et si facilement les lanceurs d'alerte avec la complicité de la justice ou prétendue telle. Ce même système fou et inique qui s'attaque aujourd'hui à la liberté vaccinale et par là même à la santé des bébés et des adultes en devenir.

Pour en revenir à la dent de sagesse d'Emmanuel Macron, elle était pourrie, au sens littéral du mot carie qui dérive du latin cariès signifiant pourrir.

Quand la sagesse pourrit, c'est que la folie gagne comme elle gagne en ce moment le ministère de la santé qui veut imposer d'ici août 2017 onze vaccins au lieu des trois précédemment obligatoires.

Réalisez : onze vaccins réunis dans un "supervaccin" injecté dans le corps d'un nourrisson ou d'un jeune enfant, onze vaccins qu'un système immunitaire immature ne parviendra pas à gérer avec à la clé des effets secondaires dont beaucoup passent inaperçus mais qui peuvent aussi conduire à la mort comme ce fut le cas pour le bébé Ayana. Onze vaccins qui contiennent des adjuvants délétères ou carrément toxiques comme l'aluminium ou le formaldéhyde (également employés en dentisterie).

Une folie ! Et aussi un magnifique cadeau servi sur un plateau d'argent aux laboratoires pharmaceutiques qui produisent ces vaccins puisque le super vaccin qui inclura désormais ces 11 vaccins coûte à lui seul 7 fois plus cher que l'ancien vaccin.

Si comme moi, vous pensez que le mot liberté a encore un sens, agissez. Des manifestations s'organisent un peu partout en France. Une pétition a été lancée.

Il y a urgence. Il ne reste qu'un mois ! Avant que la folie ne gagne définitivement la partie.

NB : dans mon rêve, la dent de sagesse de notre président était encore vivante. Il y a donc peut-être encore espoir.

Tag(s) : #Coup de gueule

Partager cet article

Repost 0