Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, ayant cessé d'exercer pour se consacrer à l'écriture d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

Elle s'appelle Ayana. C'était un bébé en bonne santé et plein de vie, du moins jusqu'à ce jour de mai où elle subit l'injection de deux vaccins dans la même journée : Infanrix Hexa et Prevenar1. Dans la nuit qui suit l'injection, Ayana est prise de convulsions, effet secondaire connu des vaccins. Sa température corporelle s'élève à plus de 42°C (les médecins parlent d'hyperthermie maligne), détruisant irrémédiablement son cerveau. Depuis plus d'un mois, Ayana est plongée dans le coma et survit grâce à une assistance respiratoire. Cependant, elle subit des souffrances extrêmes sans aucun espoir de guérison, ses séquelles neurologiques ayant été déclarées irréversibles par les médecins. Aussi ont-ils décidé de mettre fin à son traitement d'ici quelques jours et de laisser la petite fille partir pour ne pas prolonger inutilement ses souffrances.

Les vaccins Prevenar et Infanrix sont-ils impliqués dans la mort du bébé Ayana ?

Le décès dans d'atroces souffrances d'une petite fille de 7 mois bouleverse et afflige autant qu'il révolte. Au-delà du drame, se profile une polémique sur les vaccins, comme le souligne le Journal Le Parisien*. Injectés, quelques heures avant l'apparition des convulsions, les vaccins Prevenar et Infanrix sont-ils impliqués dans la mort du bébé Ayana ? C'est ce qu'affirme l'avocat des parents de la petite fille. "La nocivité des vaccins est à l'origine des 42° de fièvre d'Ayana : c'est l'association criminogène des deux vaccins Prevenar et Infanrix" a déclaré maître Ludot, des propos rapportés par le journal Le Parisien dans son édition du 20 juin2.

Pour rappel, ces vaccins sont destinés à lutter contre : polio, tétanos, diphtérie, coqueluche (non obligatoire) et hépatite B (non obligatoire). De plus, ils contiennent : antibiotiques (néomycine, polymyxine B), formaldéhyde (dérivé formolé classé cancérogène probable par le CIRC, également employé en dentisterie), aluminium (impliqué dans la genèse des maladies neurodégénératives comme l'Alzheimer). Voilà un cocktail explosif injecté en une fois dans le sang d'un bébé de seulement 7 mois, dont le système immunitaire est par conséquent totalement immature. Est-ce raisonnable ?

Pétition lancée par le professeur Joyeux

Cette triste affaire survient précisément au moment où le professeur Joyeux a engagé une action3 pour obtenir le retour du vaccin DT-Polio qui éviterait d'avoir à recourir aux "super-vaccins" comme l'Infanrix qui, en plus des vaccins obligatoires, contiennent des composés nocifs comme l'aluminium et des vaccins optionnels comme celui contre l'hépatite. La pénurie inexpliquée du vaccin DT-Polio, plus sûr car sans aluminium, contraint à injecter aux bébés l'Infanrix qui coûte sept fois plus cher et que personne, évidemment, n'utiliserait si le vaccin DT-polio était à nouveau disponible. C'est pour contribuer au retour dans les pharmacies de France du simple vaccin DT polio qui, d'après le professeur Joyeux, permet de vacciner les bébés dans les meilleures conditions de sécurité, qu'Holodent a relayé la pétition lancée par le professeur Joyeux. Aujourd'hui, plus que jamais, la mort tragique d'Ayana nous rappelle que cette pétition est d'actualité. Il est urgent et essentiel de nous manifester auprès des instances gouvernementales, alors qu'après avoir sèchement déclaré que "la vaccination, ça ne se discute pas", la ministre de la santé, Marisol Touraine, reste étrangement silencieuse tant face à ce drame qu'à la pénurie de vaccins dans les pharmacies françaises.

Epilogue : d'une manière tout à fait cynique et sordide, les parents d'Ayana ne seront pas indemnisés suite au décès de leur fille comme le prévoit normalement la loi. En effet, le cocktail de vaccins injecté à leur bébé contient deux vaccins (coquelecuche et hépatite B) non obligatoires. Son usage se fait donc à leurs risques et périls. Mais ils n'ont pas eu le choix, la vaccination étant obligatoire. Oui, mais aux yeux de la loi, c'est tant pis pour eux...

Après tout cela, comme le professeur Joyeux, je me demande si la France est toujours une démocratie. Après l'épreuve que je viens de subir et la manière dont j'ai été personnellement visée et attaquée, j'ai tendance à penser que non. Ce sont les lobbys les plus puissants qui imposent leur loi aux plus faibles : les parents, vous, moi... Une seule solution pour que cela change : faisons entendre notre voix. Avant qu'il ne soit trop tard.

(3) Pour rappel : lien vers la pétition pour le retour du vaccin DT-Polio

* Source 1 :

http://www.leparisien.fr/societe/les-parents-d-ayana-consentent-au-deces-programme-de-leur-bebe-21-06-2015-4880785.php

* Source 2 :

http://www.leparisien.fr/societe/angers-ils-refusent-l-arret-des-soins-pour-ayana-leur-fillette-de-7-mois-dans-le-coma-20-06-2015-4878417.php

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0