Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, ayant cessé d'exercer pour se consacrer à l'écriture d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

Amalgame dentaire au mercure: les européens n'en veulent plusAmalgame dentaire au mercure: les européens n'en veulent plus. C'est ce qui ressort clairement de la consultation populaire lancée à l'initiative de la Commission Européenne en octobre 2014. En effet, il ressort de cette consultation que la grande majorité des européens (85 %) veulent la suppression des amalgames dentaires.

Pour rappel, le mercure entre pour moitié (50%) dans un amalgame dentaire ou "plombage". Le mercure fait partie des 10 substances les plus préoccupantes au monde selon l'OMS. Extrêmement toxique, même à faibles doses, le mercure détruit aussi bien les reins, le foetus chez la femme enceinte, le système nerveux, le système immunitaire... Le mercure dentaire passe dans le lait maternel et la femme qui allaite intoxique ainsi son bébé sans le savoir. Une fois inséré en bouche, le mercure est bio persistant, ce qui signifie qu'on ne peut plus l'éliminer totalement, il en restera toujours des traces.

Si la Norvège, la Suède et le Dannemark ont interdit son emploi, en France on continue de l'utiliser massivement (15 tonnes de mercure sont ainsi posées chaque années dans la bouche des français).

Les résines blanches ou composites sont les alternatives souvent proposées à l'amalgame au mercure. Certains praticiens les jugent peu fiables. Or, il faut savoir que leur pérennité dépend essentiellement de deux facteurs :

- la rigueur avec laquelle le dentiste les a posées (il faut ainsi deux à trois plus de temps pour poser une résine que pour poser un amalgame. Or, en théorie, leur coût devrait être le même que celui d'un amalgame);

- l'hygiène dentaire (passage du fil dentaire obligatoire après chaque brossage).

Amalgame dentaire au mercure: l'Ordre des dentistes le défend. L'ordre des dentistes français continue de prôner envers et contre tout l'usage de l'amalgame dentaire et répète inlassablement le même discours* : l'amalgame dentaire est un "matériau utilisé dans le monde depuis 200 ans. La démonstration scientifique de sa dangerosité n'a jamais été établie...". Celle de son innocuité pas davantage. Alors, quid du principe de précaution, messieurs les dentistes ?

Sources

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_mercure-dentaire-les-citoyens-europeens-tirent-la-sonnette-d-alarme?id=8974982

* http://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/actualites/annee-en-cours/actualites.html?tx_ttnews%5Btt_news%5D=524&cHash=84dd8ef28e89892434a17f204ad56b02

Tag(s) : #PLOMBAGES au mercure

Partager cet article

Repost 0