Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, ayant cessé d'exercer pour se consacrer à l'écriture d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

On le sait, les composites ou résines dentaires ne sont pas exemplaires sur le plan de la biocompatibilité. Outre du bisphénol A (en faible quantité), ils contiennent d'autres composés indésirables et nocifs. Parmi ceux-ci, citons les monomères toxiques relargués après la pose du matériau en bouche. La présence de tels composés indésirables a pu faire dire à certaines mauvaises langues que les composites ne valent finalement pas mieux que l'amalgame sur le plan de la biocompatibilité. C'est d'évidence une manière très partiale de voir les choses car la toxicité du mercure, composant principal des amalgames dentaires, n'a rien à voir avec celle des composites (-> évaluation de la toxicité comparée des matériaux dentaires) .

La dernière génération de composites dentaires améliore sa biocompatibilité car les fabricants proposent aujourd'hui des composites résines dentaires hypotoxiques sans monomères.

Quel composite dois-je demander à mon dentiste ?

C'est une question qui revient souvent dans le courrier que nous recevons.

Pour la réponse (nom commercial, marque...), c'est ici : composites sans monomères

 

Partager cet article

Repost 0