Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, ayant cessé d'exercer pour se consacrer à l'écriture d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

Aux Etats-Unis, une nouvelle maladie vient officiellement de naître : la bleachorexie ou addiction au blanchiment des dents.

Le terme bleachorexie a été construit à partir de l'anglais bleaching qui signifie blanchir.

La bleachorexie désigne donc une forme de compulsion, celle de ne pouvoir s'empêcher de se blanchir les dents, au péril même de sa santé dentaire (et peut-être santé tout court).

Bleachorexie : addiction au blanchiment des dents

Car le blanchiment dentaire ou bleaching, par sa nature même, favorise l'addiction. En effet, plus on blanchit ses dents, plus elles deviennent poreuses et absorbent les colorations alimentaires. Donc, plus on blanchit, plus le blanchiment appelle de nouveaux blanchiments, dans une course éperdue vers la blancheur dont les dents font les frais tôt ou tard.

Atteintes des gencives, hypersensibilités des dents, érosion précoce et irréversible de l'émail sont le lot de ces nouveaux bleachorexiques, malades du blanchiment dentaire dans tous les sens du terme.

Chez soi, dans un salon à sourire ou chez le dentiste, les dégâts sont sensiblement les mêmes. C'est avant tout la répétition des blanchiments qui est nocive pour les dents, quelque soit par ailleurs la méthode utilisée.

Tous ce qu'il faut savoir avant de faire un blanchiment dentaire

Pour comprendre les racines de la bleachorexie : le sens des dents blanches

Partager cet article

Repost 0